fbpx

La fente labiale de Paul lui a presque été fatale

Paul Pascal est né avec une fente labiale et un palais fendu. En raison de cela, sa bouche ne fermait pas bien et ses cavités nasales communiquaient avec sa bouche. Françoise, la maman de Paul, a combattu ce cauchemar de toutes ses forces, une épreuve à laquelle aucune maman ne devrait être confrontée.

Un monstre

« Je ne comprenais ni quel était le véritable problème avec mon bébé, ni comment je pouvais l’aider. » déclare Françoise à propos de la période précédant son arrivée sur le navire. « Je ne parvenais pas à lui donner le sein et, quoi que j’essaie, Paul perdait du poids de jour en jour. » à 3 mois, il ne pesait plus que 2 kg.

« Chaque nuit, je restais éveillée pour le consoler. Il souffrait certainement de faim. Mais je ne pouvais rien faire d’autre. Il ne parvenait pas non plus à téter au biberon. En plus, des gens du village traitaient Paul de monstre » Les choses se présentaient très mal pour le petit Paul Pascal. Françoise n’avait pas de quoi payer une opération. « Je m’attendais à tout moment à ce qu’il meure. »

Paul pesait moins qu’à sa naissance

Car, autant Paul est mignon aujourd’hui, autant il était pâle et en mauvaise santé à son arrivée sur le navire. « Françoise a entendu parler de Mercy Ships à la radio, suite à quoi elle s’est rendue sur le navire. » dit la diététicienne Lee-Ann Borrow James originaire d’Australie. Elle a suivi Paul dès le début pour s’assurer qu’il reprenne des forces. « La première fois que je l’ai vu, il y avait de quoi avoir peur : il était pâle, avait la peau sur les os et des joues creuses. Paul pesait même moins qu’à sa naissance. »

La situation de Paul était critique et il a immédiatement été admis sur le navire-hôpital. « À ce point affaibli, il est même difficile de téter à un biberon spécialement conçu pour les bébés avec une fente labiale. » explique Lee-Ann. « Nous avons tout de suite commencé à l’alimenter en utilisant une pipette, puis une sonde. »

Un nouvel avenir

Petit à petit, Paul reprenait des forces même si opérer sa fente labiale n’était pas encore à l’ordre du jour. Parallèlement, Françoise se ragaillardissait un peu. « Je dormais beaucoup mieux et ne craignais plus de voir mourir mon bébé. » explique-t-elle.

Trois mois plus tard, bébé Paul affichait un poids sain de 6,4 kg sur la balance, suite à quoi il a pu quitter le navire-hôpital. Il pesait alors trois fois plus qu’à son arrivée. Peu de temps après, il est revenu pour se faire opérer de ses fentes labiale et palatine. Une opération parfaitement réussie qui permet désormais à Paul d’envisager le futur avec le sourire.

Témoignage suivant

Tous les témoignages