Barthélimy avait un souhait très ardent

À Porto-Novo, à une heure de route de Cotonou, au Bénin, on pénètre dans un monde totalement différent. Barthélimy, un mécanicien de 38 ans, y habite en bordure de ville et y exploite un garage.

Son récit : « Il faisait nuit et je ne parvenais pas à trouver le sommeil, car mon oreille me faisait trop mal. Je sentais une petite boule derrière l’oreille et au fil du temps elle n’a cessé de grandir. J’étais inquiet. J’ai été à un hôpital où ils m’ont opéré et je me suis senti nettement mieux ».

Mais le soulagement de Barthélimy n’a été que de courte durée. La tumeur est revenue et à un moment donné, elle avait presque doublé de volume. Cela avait une influence très négative sur sa relation conjugale et sur son entreprise. « Certaines personnes demandaient même à ma femme pourquoi elle ne voulait pas se séparer de moi. Les clients ne venaient plus et ne voulaient plus me confier la réparation de leur voiture ». Un souhait très ardent s’est mis à l’obséder. Celui d’avoir une apparence normale, comme les autres.

Barthélimy a alors été examiné par le Dr. Ed Sheffield, pathologiste et bénévole chez Mercy Ships, qui a ensuite pris une biopsie de la tumeur. Si la tumeur s’était avérée maligne, il aurait été impossible d’aider Barthélimy, car la thérapie post-opératoire nécessaire n’est pas disponible au Bénin. Mais, heureusement, chaque nouveau test lui a ouvert la perspective d’un avenir prometteur.

Barthélimy reste donc optimiste. Les murs de l’hôpital sont d’ailleurs couverts de photos de patients précédents, opérés avec succès par nos chirurgiens. « Après tout ce que j’ai vu ici, je n’ai plus de soucis à me faire » dit-il. Le résultat final de tous les tests indique que la tumeur est bénigne et qu’elle peut être excisée.

Lorsque Barthélimy arrive à bord de l’Africa Mercy pour son opération, il est très tendu. L’assistante chirurgienne Kylie Wood lui explique que l’opération comporte malgré tout des risques, même s’ils sont faibles. Mais Barthélimy est bien décidé à continuer.

Au cours de l’intervention les Dr. Gary et Kylie rencontrent deux problèmes majeurs. Tout d’abord, la tumeur se morcelle et chaque petit morceau doit être enlevé, sous peine de courir le risque de voir la tumeur se développer à nouveau. Le second problème est encore plus important car certains des nerfs du visage sont imbriqués dans la tumeur. Endommager un de ces nerfs peut paralyser partiellement ou totalement le visage de Barthélimy.

Après plus de six heures, l’opération est terminée, mais certains nerfs ont été touchés. Une légère paralysie locale subsistera, mais le Dr. Gary est satisfait du résultat global. Nul doute que Barthélimy le sera aussi, d’autant plus qu’il est débarrassé de la tumeur.

Après un mois de convalescence, Barthélimy est rentré chez lui et a retrouvé une grande part de sa confiance en soi. « Si vous me voyiez maintenant, je suis devenu un très bel homme. Les gens ne peuvent tout simplement pas croire que c’est moi. ». Ses enfants aussi peuvent maintenant le voir pour la première fois sans tumeur et eux aussi lui trouvent un look fantastique.