Jacques, Marie & Elodie

Amina a amené ses quatre enfants à l’Africa Mercy. Elle-même avait, toute petite, été opérée à son œil, et c’est ce qui lui avait procuré un avenir.

En 2001 les perspectives d’avenir d’Amina étaient bouchées. Une cataracte l’avait progressivement privée de sa vue et sa mère ne possédait pas de quoi lui payer une opération. Amina sait que une fois devenue aveugle, elle avait toutes les chances d’être réduite à la mendicité.

Mais cette même année 2001 la solution vint du large. Amina a été opérée gratuitement à son œil sur l’Anastasis, le navire-hôpital de Mercy Ships de l’époque. Elle retrouva la vue et put se construire une vie.

De sérieux problèmes oculaires

Seize ans plus tard le sort s’acharne à nouveau. Entre-temps Amina est mariée. Avec son mari ils ont quatre enfants. Mais deux d’entre eux doivent faire face à de sérieux problèmes oculaires.

Quand leur fils Jacques à deux ans, ses parents se rendent compte qu’il voit très mal. Il a passé l’école maternelle sans trop de problèmes, mais pour lire et écrire c’était la croix et la bannière. La vue de Jacques baissait rapidement et Amina s’est vue forcée de le retirer de l’école. Un médecin local estima que Jacques ne pourrait pas être opéré avant ses douze ans.

Entre-temps Amina et son mari épargnent pour pouvoir payer à Jacques une opération dans un hôpital capable de mener à bien cette opération. Cela coûterait 335 dollars, uniquement pour l’opération, non compris les médicaments et le suivi. Mais voilà que le grand-père vient à décéder et la famille se voit contrainte de consacrer l’argent aux funérailles l’argent épargné pour l’opération.

Pour leur fille Elodie les choses ne se passent pas mieux. Amina témoigne: «environ à l’âge ou Elodie commençait à marcher il s’est passé quelque chose à ses yeux. Ses yeux regardent dans une autre direction et Elodie voit très mal. D’autres enfants se moquaient d’elle en disant que, dans sa tête, ses yeux étaient sens dessus dessous ».

Un choix judicieux

Désespérément à la recherche d’aide et fortement attristés par la situation de leurs enfants, un message-radio qui leur parvint au sujet de Mercy Ships a été un cadeau venu du ciel. Amina, opérée toute petite par Mercy Ships, connaissait bien l’organisation et partit immédiatement avec ses quatre enfants vers l’Africa Mercy. « J’ai immédiatement décidé de les faire examiner tous ».

Une sage décision quand il apparaît que leur fille Marie a également des problèmes oculaires. Le bébé Bernard reste heureusement préservé de ces problèmes.

Peu de temps après l’examen, les trois enfants sont traités par l’ophtalmologue Bob Burlingame. Les opérations ont été couronnées de succès et le docteur Burlingame déclare, très satisfait : « Quel plaisir de voir ces enfants retrouver la vue. Ils rient, s’amusent incroyablement avec les jouets et sont très actifs. Le père aussi s’amuse à jouer avec eux et est très reconnaissant envers Mercy Ships. »

Transmettre l’espoir

Sur le chemin du retour Amina et son mari remarquent immédiatement le changement. Amina dit en riant : « A chaque oiseau qui passe, ils attirent à vive voix l’attention des parents ‘regarde, maman, un oiseau !’ Tous les trois le montrent et le poursuivent de leurs cris ».

Le semestre suivant les enfants retournent à l’école. D’expérience Amina en connaît l’importance. « Sans formation ils n’ont pas d’avenir. Avec la vue retrouvée ils peuvent mener leur formation à bien. Maintenant ils ont à leur tour la possibilité de se construire une vie ».